Une bonne expérience utilisateur, oui mais comment ?

Vous avez déjà entendu parler d’expérience utilisateur mais en quoi ça consiste ?

Toutes les entreprises ou collectivités souhaitent créer un lien avec ses cibles et le moyen privilégié pour ce « dialogue » passe souvent pour un site, encore faut-il qu’il soit bien perçu.

Une bonne expérience utilisateur résulte d’un web design agréable et en responsive design, d’une bonne ergonomie, d’une navigation fluide, d’un contenu éditorial de qualité et de la cohérence de tous les éléments.

Qu’est-ce que l’expérience utilisateur ?

Une bonne expérience utilisateur

L’expérience utilisateur est une priorité sur un site et fait souvent partie du processus de refonte.

L’expérience utilisateur d’un site (en anglais UX – User experience) désigne l’expérience vécue par vos visiteurs sur votre site.
Cela ne se résume pas à l’ergonomie qui permet à vos visiteurs d’atteindre leur but. Cela couvre à la fois l’utilisabilité, ou la facilité d’utilisation de votre site, mais également l’impact émotionnel qu’il génère.
C’est donc à la fois la forme et la fonction.

Le travail sur l’expérience utilisateur ne doit pas venir après le lancement d’un projet de refonte mais bien être intégré en amont au niveau stratégique.

Découvrez la vérité sur quelques mythes et des conseils pour créer une expérience utilisateur optimale

Le contenu prime sur la forme

Il ne faut pas oublier que les internautes ne lisent pas tout le contenu. Ils scannent la page à la recherche de l’information qu’ils recherchent et zappent le reste.
Un internaute lit en moyenne 20% d’un texte et 79 % des internautes scannent les textes au lieu de les lire.

Il est évident qu’il faut proposer un contenu inédit et de qualité, encore faut-il le présenter sous la bonne forme et savoir guider le visiteur vers le bon contenu pour lui au bon moment.

N’hésitez pas à mettre en forme vos contenus : contenu aéré (la présence d’espace blanc autour de texte augmente de 20% l’attention selon Crazy Egg), titres et sous-titres, mots en gras, liste à puce, codes couleur pour les liens, boutons d’appel à l’action attractifs, illustrations et images (préférez des images personnalisées que des images provenant de banque d’images)…

La règle des 3 clics est à respecter

On a longtemps dit qu’une page doit être accessible en 3 clics maximum sous peine de faire sortir le visiteur. En réalité le nombre de clics n’influence pas la satisfaction du visiteur ni le taux de conversion de votre site.

L’objectif est plutôt de créer un parcours fluide et intuitif, au point que le visiteur en oublie le nombre de clics, parce qu’il aura trouvé facilement ce qu’il cherche.

Les pages longues sont à éviter à tout prix

Dans les années 90 le scroll était à éviter et la recommandation était de concentrer le contenu au-dessus de la ligne de flottaison (la ligne qui sépare la partie d’une page Web visible lors du chargement de la partie invisible qui est accessible uniquement avec l’utilisation de la barre de défilement).

Aujourd’hui le défilement (scroll) d’une page est naturel, encore plus avec l’usage croissant des mobiles.
Selon une étude de Chartbeat 66% de l’attention sur une page média normale est concentrée en dessous de la ligne de flottaison.

Il est plus agréable d’avoir l’ensemble du contenu sur une même page plutôt que de découper le contenu en plusieurs pages et d’avoir à visiter plusieurs pages.

Il faut alors encourager au défilement : rythmer la page avec des titres, sous-titres, illustrations, appels à l’action… et pourquoi pas aussi donner une indication sur le temps de lecture.

Il faut être innovant à tout prix

Il est souvent préférable d’utiliser des modèles standards compris par les internautes que de réinventer la roue et de proposer des expériences utilisateurs déroutantes et non comprises par les visiteurs.
L’idée est de s’approprier ces modèles, à condition qu’ils répondent aux besoins de vos visiteurs, et de les adapter à votre image de marque.

Offrir des options et « gadgets » peut aussi se révéler dangereux, car ils peuvent freiner la prise de décision et perturber les visiteurs. A utiliser donc avec parcimonie et si ça répond à un réel besoin du visiteur.

Une refonte doit être avant tout graphique

Une refonte de site ne peut pas se limiter un coup de neuf graphique, elle doit résulter de la compréhension de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas sur le site actuel et en quoi il ne répond plus ou pas suffisamment aux besoins des internautes.

Bien entendu, un site agréable sera toujours mieux accueilli par les internautes et reflètera de la qualité de la marque.

La simplicité est de mise à la fois à la fois dans le graphisme et dans l’ergonomie pour réduire le bruit qui viendrait perturber le visiteur mais aussi le guider au mieux.

Le moteur de recherche est la solution pour une bonne navigation

Même si les internautes sont aujourd’hui habitués à l’utilisation des moteurs de recherche, sur un site ils ont plutôt tendance à scanner le contenu avant d’utiliser le moteur de recherche pour retrouver ce qu’ils ne trouvent pas de manière intuitive.

Plus votre contenu est complet et incitatif, plus vous limiterez les frustrations.

La page d’accueil est la page la plus importante

Les habitudes de navigation et de recherche des utilisateurs ont significativement changé et les visiteurs n’arriveront pas systématiquement sur votre site par la page d’accueil.

Il ne faut donc pas négliger les pages intérieures. D’un coup d’œil, les visiteurs doivent comprendre ce que vous proposez et être rassurés que le contenu répond à leurs attentes.

 

N’hésitez pas à contacter notre équipe UX pour vous accompagner dans cette étape cruciale.

Post Author: Cathy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *